RETOUR D'IMMERSION (25/03/12)


_Le sous-marin de la Gaité Lyrique a refait surface après 48 d'heures d'une immersion poétique. Les 62 membres d'équipage et officiers de commandement ont tous été à la hauteur l'expérience.

Pour mémoire, à bord de ce sous-marin temporel, pas de montre, pas de téléphone, pas d'ordinateur tout ça pour toucher du doigt la faille temporelle du temps qui passe ou ne passe pas, restant suspendu aux simulacres de minutes qui s'égrainent péniblement.


Oui, nous avons ri, oui, nous avons dansé, oui, nous avons dessiné, oui, nous avons dormi à même le sol, recroquevillés dans nos sacs de couchages avec masques oculaires et boules Quiès, oui, nous avons mangé quand bon nous semblait piochant dans le buffet lyophilisé tels des astronautes collés au sol, et oui, nous nous sommes ennuyés, en bonnes petites fourmis ouvrières d'un monde civilisé qui ne supporte aucune inactivité.


L'ennui, la peur première de beaucoup de sous-mariniers temporels, bien avant l'absence de douche (inutiles sur 48h), l'ennui qui nous mettrait brutalement devant notre paysage intérieur luxuriant ou dévasté, l'ennui qui pourtant nous ouvre des portes dérobées sur l'éternité...

Les 62 sous-mariniers ont regagné leur chez-eux. Puissent-ils garder longtemps la petite flamme que nous avons allumé ensemble durant cet instant de 48 heures.


Un grand merci aux officiers du sous-marin, Michel Reilhac (directeur Cinéma d'Arte), Laurence Giraud (danseuse et chorégraphe), Jean Couturier (médecin, mais aussi acteur), Buno Masi (journaliste spécialiste du transmédia).

Clin d’œil amical et complice à François et Dimitri, régisseurs à la Gaité Lyrique, qui sont restés en surface 24h/24 pour veiller sur nous.

Et un merci des profondeurs également à Jérôme Delormas (directeur de la Gaité Lyrique) et Alain Herzog (administrateur) pour avoir rendu possible cette expérience artistique hors du commun.

> Critique sur le Théâtre du Blog, par Jean Couturier
> L'Atelier intérieur sur France Culture, lors du retour à quai
> et aussi la Gaité Lyrique pour l'énergie fabuleuse qu'elle distille